BUSINESS & IMPACT

Je, 21/03/2013

Retrouvez la synthèse de l'étude ici

Retrouvez la présentation générale de l'étude avec un zoom sur les services financiersla nutritionle logementl'emploila santél'énergie du domicile et l'étude intégrale en cliquant ici.

Download the full version in english here.  

 

16% de la population européenne  vit en situation de pauvreté

 

Ashoka, avec le soutien pro bono d'Accenture, a mené une étude européenne dont les conclusions invitent les entreprises, les pouvoirs publics et la société civile à créer de nouveaux modèles à la croisée du social, du privé et du public. Ces modèles hybrides peuvent résoudre à grande échelle les problèmes sociaux et environnementaux touchant les populations pauvres au premier chef. 

Devant l’ampleur et l’intensification des problèmes sociétaux en Europe, Ashoka, premier réseau d’Entrepreneurs Sociaux dans le monde , a choisi avec Accenture une approche originale : évaluer dans six secteurs essentiels les besoins des populations fragiles et mettre en regard les freins et obstacles existant à la satisfaction de ces besoins. 

Dans les 7 pays concernés, 50 millions de personnes (soit 16% de la population) vivent dans la pauvreté et ont des besoins (logement, d’alimentation saine, de santé, d’éducation, de finances, etc.). 

Les familles pauvres, en Europe, dépensent en réalité des sommes considérables (220 Milliards € au total), pour disposer de produits et services mal adaptés à leurs besoins et moyens et manquer souvent de l’essentiel.

 

Une réalité : vivre avec 18€ par jour

Une famille = environ 1800€ par mois, soit par jour et habitant du foyer… et un poids des dépenses contraintes « pré-engagées » de 45%, ayant progressé de 4pts entre 1999 et 2005.

 

 

Pour créer les produits/services adaptés, les entreprises ont besoin de partenaires connaissant bien les populations concernées et/ou pouvant aplanir les difficultés : rôle d’apporteurs d’innovations des entrepreneurs sociaux, notamment grâce à leur fine connaissance des besoins des populations; rôle de « facilitateurs » des pouvoirs publics. Pour les Entrepreneurs Sociaux ce sera l’occasion de faire changer d’échelle leurs activités et leur impact, et pour les pouvoirs publics de « faire mieux avec moins ». Une nécessité à l’heure actuelle !<--break-> 

 

C’est dans ce sens, qu’Ashoka a créé l’Ashoka Centre. Un lieu de Co-Création Social & Business, centre européen conjuguant réflexion et action. Lancé il y a quelques semaines à Paris, il offre aux entreprises, entrepreneurs sociaux et pouvoirs publics la possibilité de mettre en commun leurs idées, leurs forces et compétences diverses et leurs capacités (humaines, techniques, financières, réglementaires, etc.) dans une logique d’optimisation de filière.

 

« C’est pour initier une dynamique innovante dans le domaine des co-créations que nous avons décidé de créer l’Ashoka Centre et de conduire avec Accenture cette étude», explique Arnaud Mourot, directeur général d’Ashoka France, Belgique et Suisse. « Nous sommes persuadés, sur la foi notamment de notre expérience dans les pays du Sud où des "chaînes de valeur hybrides" fonctionnent depuis plusieurs années, qu’il existe en Europe un énorme gisement de progrès dans ce domaine. Le concrétiser bénéficiera d’abord aux populations fragiles, trop souvent laissées pour compte, mais également aux entreprises, qui trouveront de nouveaux marchés, aux entrepreneurs sociaux, qui démultiplieront leur impact, et aux pouvoirs publics, qui soulageront leurs finances ».<--break->

 

Quelques chiffres montrant l’étendue des besoins en Europe : 

• 21 millions de personnes ont du mal à se chauffer à Estimation du marché de l'énergie (domicile) pour les populations vulnérables : 25 milliards €

• 12 millions de personnes subissent des privations sévères liées au logement àEstimation du marché du logement pour les populations vulnérables : 124 milliards €

• 60% des français ont différé ou renoncé à des soins de santé pour raisons économiques (2010)

à Estimation du marché des mutuelles pour les populations vulnérables : 14 milliards €

• 11% des revenus des personnes pauvres vont au paiement de prêts (chiffres G-B) àEstimation du marché des services financiers pour les populations vulnérables : 12 milliards €<--break->

 

Retrouvez également cette étude sur le site de la co-création